Contactez-nous au 01 86 64 05 50 n° non surtaxé

Récapitulatif du mois de Septembre 2021

BMW_iX-PCA Services

Mercedes EQE, Mégane E-Tech, BMW iX... Les nouveautés électriques de l'automne 🍃

Septembre rime avec rentrée. Et qui dit rentrée, dit nouveautés auto. Voici les principales prétendantes électriques qui débarqueront en concession cet automne.

Mercedes EQE et EQS même combat

La gamme électrique EQ s’agrandit chez Mercedes avec l’EQE. Cette rivale de la Tesla model S se trouve extrêmement proche de sa grande sœur l’EQS. Si nouvelle venue mesure 4,95 m, contre 5,23 m pour le modèle supérieur, les liens de parenté ne sont pas masqués, comme souvent chez la marque à l’étoile. Le style est fluide avec des angles prononcés en nombre limité. La face avant reste tout de même incisive grâce à une signature lumineuse froncée et une large fausse calandre. La poupe reprend le bandeau lumineux initié sur l’EQS. De cette dernière, la présentation intérieure est également inspirée.

Face aux occupants se dresse le MBUX Hyperscreen. Une dalle numérique XXL avec un large panneau central de 17,7 pouces cerné de part et d’autre par deux modules de 12,3 pouces, l’un face au passager, l’autre derrière le volant. Le tout est encerclé par une ambiance cossue. L’habitabilité promet d’être généreuse grâce à un empattement de 3,12 m de long (contre 3,21 pour l’EQS), soit 18 cm de plus qu’une Classe E. En revanche côté pratique il faudra, comme pour les berlines traditionnelles, se contenter d’un capot de malle qui laisse entrevoir un coffre de 430 litres.

Parlons batteries maintenant. L’EQS, en bon haut de gamme, conserve une autonomie supérieure à la EQE. La plus grande dispose d’une batterie de 108 kWh pour un parcours réalisable de près de 700 km. La petite sœur possède une batterie de 90 kWh mais n’a pas à rougir avec une autonomie annoncée très honorable comprise entre 545 et 660 km (en fonction du modèle et de sa configuration). La hiérarchie est aussi valable pour les puissances. Le vaisseau amiral de la gamme EQ offre entre 333 ch (EQS 450+) et 524 ch (EQS 580 4Matic+). Une version de 762 ch signée AMG viendra s’ajouter à la gamme. L’EQE est plus modeste avec « seulement » 292 ch. Mais des versions plus puissantes verront le jour.

La commercialisation de l’EQS est effective dès cet automne alors que sa version réduite n’apparaîtra qu’à l’été 2022, le temps d’étoffer son offre. Les tarifs de la EQS avoisinent les 130 000€ (152 800€ pour la 580 4Matic+). La seconde serait susceptible d’être affichée aux alentours des 90 000€.

Deux Mégane au catalogue Renault

Une Mégane ne suffisait pas qu’une deuxième arrive. Malgré ce patronyme commun, les deux modèles n’ont rien à voir. D’ailleurs, l’intitulé exact de la nouvelle venue, dévoilée ce mois de septembre au salon de Munich, est complété par les termes E-Tech Electric. Autrement dit, il s’agit d’une version 100% électrique née sous une carrosserie spécifique. Les codes de la marque sont respectés avec un style proche des dernières productions, mais l’arrivée du logo façon « Vasarely » indique qu’il s’agit bien d’un tout nouveau modèle. Gimmick des temps modernes : les poignées de portes escamotables.

L’intérieur offre une planche de bord d’un genre nouveau (nommée Open-R) pour la marque au Losange avec un nouveau système multimédia dont l’utilisation est inspirée d’un smartphone. Derrière le volant se place un écran de 12,3 pouces, accompagné d’un modèle de 12 pouces (9 de série) légèrement orienté vers le conducteur. Côté habitabilité, la compacte française affiche des dimensions inférieures à la moyenne de son segment (4,21 m contre 4,36 m pour la Mégane thermique). Mais l’empattement généreux de 2,69 m compense aisément cette taille plus contenue.

Deux batteries seront proposées : la 40 kWh et ses 300 km d’autonomie (version EV40) et la 60 kWh qui se targe de proposer jusqu’à 450 km parcourables sans recharge. Les puissances sont également différentes : 130 ch pour la première et 218 pour la seconde. Au sujet de la recharge, la régénération sur borne rapide sera réservée à l’EV60. La déclinaison inférieure se contentera d’une borne 22 kW au maximum.

L’arrivée en concession de ce modèle fabriqué en France, à Douai, est prévue pour 2022.

Le nouveau SUV électrique signé BMW

Il y avait les X5, X6 et même X7, mais cet automne marque l’entrée en concession du BMW iX. Ce SUV à la silhouette de concept car roulant sera bien présent sur nos routes d’ici peu de temps. Calandre massive (inspirée de la Série 4), lignes sculptées, regard froncé effilé (avec technologie laser en option) … Ce mastodonte de 4,95 m de long et 1,97 m de large casse les codes classiques de la marque et utilise les lignes torturées à foison.

A l’intérieur l’univers BMW se reconnaît peu ou prou grâce à la planche de bord orientée vers le conducteur. En revanche pour le reste, bye bye les commandes physiques et bienvenue dans un univers digital au possible avec deux larges écrans accolés. Le premier, de 12,3 pouces, est placé derrière le volant quand le second de 14,9 pouces est positionné au centre. L’affichage tête haute, avec affichage en réalité augmentée, est également de la partie. La vocation premium est clairement affichée avec une finition soignée et des équipements de haut vol. L’empattement de 3 m annonce une habitabilité de premier ordre, à l’avant comme à l’arrière.

Deux versions composent le catalogue de l’iX. L’entrée de gamme, xDrive40 est équipée d’un moteur de 326 ch couplé à une batterie de 71 kWh pour une autonomie annoncée de 450 km. La xDrive50, et ses 523 ch, annonce une distance parcourable de 630 km grâce à une batterie de 105,2 kWh. Côté recharge, cette version aux roues arrière directrices peut encaisser jusqu’à 200 kW sur une borne rapide quand la xDrive40 se limite à 150 kW.

Le premier prix est annoncé à 82 250€. La xDrive50 est affichée à 103 500€. Une version encore plus dynamique baptisée M60 viendra compléter l’offre avec 600 canassons. Mystère encore sur sa batterie et son autonomie.